#8 – Paumitude is Going on an adventure

Avec Our Millennials Today, on part Ă  la rencontre d’étudiant·es et jeunes diplĂŽmé·es qui se sont jeté·es dans le grand bain du travail. On parle aussi Ă©ducation et orientation scolaire dans les Grandes Écoles. AthlĂšte confirmé·e ou newbie en brassard, bienvenue 🎣


🐟 Avant le plongeon

« Nous allons nous tromper, mais nous pouvons faire face Ă  ces moments et Ă  ces dĂ©fis. Je vais accepter mon anxiĂ©tĂ© pour le moment, la ranger au plus profond de moi, continuer la vie et revoir ce que je ressens dans quelques semaines.

Nous sommes ici, c’est l’inconnu et j’y ai fait un grand pas en avant Â» Pip Hare en arrivant dans les mers du Sud

Hello et welcome, comment vas-tu ? Je suis ravie de te retrouver au bord de l’eau pour notre derniĂšre sĂ©ance de l’annĂ©e.

Que ce soit dans une piscine, sur le marchĂ© du travail, ou dans une course nautique, plonger dans l’inconnu intimide. Si l’on est plutĂŽt du style Ă  faire la bombe, seems easy. Mais si l’on ne sait pas oĂč aller, la coulĂ©e risque se faire longue et la reprise de nage difficile. Tu l’as peut-ĂȘtre devinĂ©, c’est bien de paumitude que nos invitĂ©es du mois parlent dans le podcast Plouf đŸŠâ€â™€ïž. Et c’est aussi de paumitude dont j’aimerais discuter dans cette Ă©dition plus thĂ©orique que pratique. J’avoue : la flemme hivernale et mon envie d’éviter les eaux trop froides ont frappĂ©. Je t’invite donc Ă  prendre ton thermos et enfiler ton peignoir en attendant le grand saut. Pour les plus frileux·ses du groupe – ou comme moi les plus chauves –, je vous recommande aussi de sortir vos bonnets.

Fasten your seatbelt we’re about to take off đŸŠâ€â™€ïž

👋 On recrute des nouveaux athlĂštes. Tu veux rejoindre la team ? pour recevoir les prochaines Ă©ditions c’est sur Substack


🩀 Se paumer pour se trouver

« C’est en Ă©cole que j’ai appris l’importance de la cohĂ©rence pour le marchĂ© du travail. Aujourd’hui je travaille Ă  dĂ©construire cette pensĂ©e. Il faut se dire que ce n’est pas grave de se tromper, de changer, de faire quelque chose de pas – ou de moins – cohĂ©rent Â»

Quand j’écoute les gens me raconter leur histoire d’orientation, il me semble parfois que le schĂ©ma narratif qui se dessine ressemble Ă  celui d’un Bildungsroman(remember le bac de français ?). Entre rupture avec son emploi, remise en question et redĂ©finition de soi/son rapport au travail, avouez qu’il y a de quoi tirer des conclusions hĂątives. Et, en fouillant dans les mĂ©andres de ma bibliothĂšque universitaire, je suis tombĂ©e sur La carriĂšre : un appel Ă  l’aventure, un livre co-Ă©crit par Michelle Tocher & Anna Simon qui se penche justement sur ce sujet. 

Je vous propose donc d’explorer ensemble le parallùle qu’elles font entre monde du travail et aventure.

COVER Newsletter Our Millennials Today - Paumitude is going on an adventure

💡 La carriĂšre : un appel Ă  l’aventure par Michelle Tocher & Anna Simon

« Nos aventures constituent les grandes expĂ©riences de notre vie. Les Ă©preuves que nous avons Ă  vivre, les stratĂ©gies que nous utilisons pour les traverser, les alliĂ©s que nous rencontrons sur notre chemin et les dĂ©couvertes que nous faisons sont trĂšs significatifs pour nous. Ces aventures nous en apprennent effectivement beaucoup sur nous-mĂȘme : la maniĂšre dont nous relevons les dĂ©fis, oĂč nous puisons notre force, comment nous apprenons Ă  survivre. Elles sont Ă  l’origine de notre « philosophie de la vie », de nos attitudes, de nos valeurs et de nos sens. Â»

À l’image des grands rĂ©cits fondateurs, les autrices nous enjoignent Ă  Ă©crire celui de notre identitĂ©, divisĂ© en cinq Ă©tapes. C’est parti pour l’exploration !

1. La situation initiale – Un bien beau bassin

Comme dans tout rĂ©cit, cette introduction prĂ©pare la rupture, et nous montre Ă  quel point elle sera difficile Ă  vivre. Dans la situation initiale (idĂ©ale ou non), on vit sa vie dans son jacuzzi sans trop se poser de questions. Souvent, c’est un chemin assez linĂ©aire qui nous y a menĂ© (la classique bac > prĂ©pa > Ă©cole par exemple), et ce status quo nous convient. L’idĂ©e de changer de bassin ne s’impose pas – loin de lĂ  –, et peut effrayer. On est bien souvent attaché·e Ă  sa routine, son statut et la stabilitĂ© qui en dĂ©coule pour prendre du recul et rĂ©flĂ©chir Ă  son rapport au travail et/ou Ă  la vie. 

2. L’élĂ©ment dĂ©clencheur – À l’eau

« L’étape du DĂ©part consiste Ă  briser les liens qui nous retiennent au passĂ© de maniĂšre Ă  nous ouvrir aux occasions qui ne manqueront pas de se prĂ©senter dans le futur. Il s’agit d’une phase de bouleversements qui peut s’avĂ©rer profondĂ©ment dĂ©rangeante, mais qui est Ă  la base mĂȘme du processus de changement crĂ©atif Â»

Certain·es parlent de sortie de bassin – fini le jacuzzi, bonjour le grand bain –, d’autres d’élĂ©ment dĂ©clencheur. Peu importe le vocabulaire employĂ©, le rĂ©sultat est le mĂȘme : la rupture. D’abord psychologique, elle est ensuite suivie d’un dĂ©tachement physique du status quo. Que la coupure soit volontaire ou non, c’est Ă  partir de cet Ă©lĂ©ment que va s’établir un avant et un aprĂšs. Dans le cadre du travail, cela peut correspondre Ă  une dĂ©mission (rupture volontaire), un licenciement, ou encore un burn-out (ruptures subies). 

Une fois le seuil franchi, il n’y a plus de retour en arriĂšre possible. On s’ouvre donc –bon grĂ© mal grĂ© – Ă  l’aventure.

→ À noter qu’il faut parfois plusieurs tentatives ou hĂ©sitations avant de traverser le pĂ©diluve et se jeter Ă  l’eau. Faire face Ă  une rupture implique effectivement que l’on affronte ses peurs. Les autrices les personnifient et parlent de “Gardiens” de la peur (« de quoi es-tu capable ? Â»), de statut (« si je pars je ne serais rien Â»), ou encore du devoir (« tu te dois de faire x ou y pour rĂ©ussir Â»). Ces rĂ©sistances peuvent venir de nous, ou de notre entourage – plus ou moins proche. 

3. PĂ©ripĂ©ties – Apprendre Ă  nager

« Dans l’Inconnu, le chemin descend vers les rĂ©gions obscures du soi, tout comme il mĂšne vers des terres Ă©trangĂšres. Il s’agit d’un processus constant d’essais et d’erreurs, de conceptions intĂ©rieures et d’actions extĂ©rieures. Pour aller au fond des choses, nous vivons une gamme d’expĂ©riences souvent trĂšs difficiles. GrĂące Ă  elles, nous trouvons les rĂ©ponses et les stratĂ©gies hĂ©roĂŻques indispensables Ă  toute aventure Â»

Une fois le grand saut effectuĂ©, reste encore Ă  apprendre Ă  nager. Les pĂ©ripĂ©ties – aussi appelĂ©es “Inconnu” dans le livre – reprĂ©sentent les Ă©preuves Ă  traverser pour affronter ses dĂ©mons, apprendre Ă  composer avec l’incertitude et ainsi (rĂ©)affirmer sa position d’explorateur·rice. Cette pĂ©riode de paumitude commence souvent par une pĂ©riode de deuil de sa vie d’antan, avant de laisser advenir son nouveau soi (Laure Manaudou ne s’est pas construite en un jour). 

Et comme tout·e protagoniste a sa team sure, ici on peut compter sur les perches tendues par ses allié·es pour s’aider Ă  flotter. Qu’on parle d’ami·es prĂ©sent·es en soutien ou bien d’organismes qui accompagnent cette transition (bilan de compĂ©tence, cercles de parole, etc.), leurs actions permettent d’affiner notre quĂȘte, Ă  l’image du fil tendu par Ariane Ă  ThĂ©sĂ©e pour trouver sa voie. De cette exploration renaĂźt un nouveau moi, fort·e d’avoir trouvĂ© sa raison d’ĂȘtre. 

→ C’est Ă©galement grĂące Ă  ce processus que l’on apprend Ă  dissocier ce qui nous est bĂ©nĂ©fique du reste. Cette nouvelle Ă©chelle de valeurs permet de se distinguer les bonnes opportunitĂ©s par rapport Ă  celles qui nuiraient Ă  l’accomplissement de la quĂȘte. La nouvelle relation au travail s’ébauche doucement. InĂšs et Claire en avaient toutes les deux parlĂ© au bord de la piscine. Selon elles, c’est cette connaissance de soi qui permet de se bien se positionner au moment du grand saut.

« La personne qui a un pourquoi peut rĂ©pondre Ă  presque tous les comment » Nietzsche

4. Le dĂ©nouement – Fini les brassards

C’est ce que j’appelle l’évolution pokĂ©mon. Une fois notre ligne de nage trouvĂ©e, finie la paumitude : on atteint un nouvel Ă©quilibre. AppliquĂ© au travail, cela peut ĂȘtre : trouver une activitĂ© ou une entreprise qui nous correspond – que ce soit pour un mois, un an ou plus. Pour celles et ceux qui choisissent d’aller vers l’entrepreneuriat ou le freelancing, cela peut aussi vouloir dire qu’ou est entré·e dans une phase crĂ©ative fertile. 

Quoiqu’il en soit notre rapport au travail est apaisĂ©e. On nage dĂ©sormais plus sereinement dans le grand bain.

5. La situation finale / Le retour – À nous le grand bain

Cette derniĂšre Ă©tape diffĂšre selon notre caractĂšre et nos envies. Le·a protagoniste peut en effet choisir de revenir Ă  son ancienne communautĂ© afin de faire profiter ses pairs des enseignements de sa quĂȘte. Ou bien il·elle peut choisir de rester dans son nouvel Ă©quilibre – et sa nouvelle communautĂ©.

Personnellement, j’ai plutĂŽt l’impression que beaucoup de personnes arrivĂ©es Ă  l’autre bout du bassin sont animĂ©es par un certain esprit de transmission ; que l’on veuille aider les personnes « Ă  ne pas reproduire mes erreurs », ou « donner quelques billes aux autres », etc.

Leur conclusion

« Au XXIĂšme siĂšcle, trouver un emploi signifie qu’il faut trouver l’emploi qui est en nous. Il s’agit Ă  la fois d’une quĂȘte intĂ©rieure et extĂ©rieure qui conduit Ă  identifier et Ă  manifester notre propre vision du monde extĂ©rieur Â»

Pour Michelle Tocher & Anna Simon, chacun·e d’entre nous partira tĂŽt ou tard Ă  l’aventure, car c’est en prenant des dĂ©cisions en accord avec nous-mĂȘmes que nous serons heureux·ses. Ce schĂ©ma s’applique au travail, mais il est finalement valable pour tout aspect de notre vie. 

👋 Si vous souhaitez lire le rĂ©sumĂ© entier du livre, voici une mini-fiche (soyez clĂ©ment·es avec son organisation, je ne pensais pas la partager)


👀 So what?

La morale de l’histoire ? On est tous·tes le hĂ©ros ou l’hĂ©roĂŻne de notre vie (cheesy but true). Chacun·e d’entre nous dĂ©veloppe sa relation avec le travail diffĂ©remment et Ă  son rythme. Le livre dĂ©crivait l’épopĂ©e de personnes dĂ©jĂ  dans le grand bain, mais cela s’applique aussi Ă  celles et ceux encore en Ă©tudes : it’s a process.

Cette lecture m’a d’ailleurs fait penser au design Squiggle censĂ© croquer les ressentis par lesquels on passe pendant le processus de crĂ©ation. Pour les designers, il contient ces Ă©tapes initiales de recherche, idĂ©ation, et test (prototype) avant d’identifier la solution finale : le design. Dans le rĂ©cit comme dans la vie, la paumitude fait donc partie intĂ©grante du processus de dĂ©veloppement personnel 🩀 

« Beginning on the left with mess and uncertainty and ending on the right in a single point of focus: the design Â» Damien Newman


🛠 Quelques ressources avant de se quitter

👉 L’épisode de Nouvelle École avec Kyan Khojandi. Tout simplement parce que ça fait trop longtemps que je n’ai pas recommandĂ© ce podcast d’utilitĂ© publique.

👉 La voyageuse de nuit Ă©crit par Laure Adler oĂč elle parle de cette autre aventure que nous viv(r)ons tous et toutes : la vieillesse. MĂȘme si on y est pas encore, ce livre nous donne un beau recul sur la maniĂšre dont on se construit, se perd et se retrouve au cours d’une vie.

👉 Si tu aimes ĂȘtre ton propre Ă©lĂ©ment dĂ©clencheur, tu peux aller faire un tour du cĂŽtĂ© du groupe Facebook Pose ta dem’ ou bien celui des Paumé·e·s de chez makesense.

👉 Dans la mĂȘme veine, tu peux aller faire un tour sur le compte Instagram I quit thanks pour en apprendre plus sur la trajectoire de celles et ceux qui ont choisi de quitter leur zone de confort pour explorer leur rapport au travail.

👉 La toolbox de l’orientation qui recense les ressources qu’on utilise pour se chercher


À trĂšs vite pour un nouveau plongeon 🐋 

Apolline

Pour recevoir les autres Ă©ditions c’est par ici 👇

Tags: No tags

Add a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *