faire le bilan avant de sortir #postmortem

Lorsqu’on quitte une situation (professionnelle ou personnelle) qui ne nous convient plus, on a tendance à considérer ça comme un échec. Mais au contraire, ce revirement est l’occasion parfaite d’analyser les raisons pour lesquelles tu as voulu changer de voie.

Comment analyser cela ?

En faisant un post mortem pardi !
Ready? Fasten your bouée we’re about to take off

le post-mortem : un plouf qui boit la tasse

cékoi et comment faire ?

Le post-mortem, c’est une manière d’analyser à chaud les raisons d’un échec afin de pouvoir anticiper les risques lors d’un prochain essai.

« Habituellement » cette technique est utilisée en gestion de projet pour passer en revue son déroulé. Ainsi l’on peut avoir un retour sur celui-ci et identifier les axes d’amélioration pour la fois d’après.

Quelques questions pour guider ta réflexion :

  • qu’est-ce qui n’a pas été ? pourquoi ? (comment l’anticiper la prochaine fois)
  • qu’est-ce qui (au contraire) s’est bien passé ? comment faire en sorte de le garder dans sa prochaine expérience ?
  • pourquoi ressens-je le besoin de changer maintenant ?
  • y a-t-il des manières d’améliorer la situation actuelle ? (le veux-je ?)
  • quelles sont les choses qui m’ont manqué dans cette expérience ? comment les trouver dans la suivante ?

pourquoi le faire ?

Cet exercice te permet de faire le bilan, quel que soit le résultat initial et ainsi évoluer avec des apprentissages précieux pour la suite !

Ready à plonger ?


le pré-mortem, anticiper pour moins couler

cékoi ?

Cet exercice est à l’opposé de celui que je viens de te proposer. Il consiste en revanche à analyser les potentielles raisons d’un échec AVANT de se lancer dans un projet. Cette technique permet aux plus organisé·es d’anticiper les différents obstacles qui pourraient se présenter.

Disclaimer cependant : cet exercice n’a pas pour vocation à t’inciter à résoudre tous les problèmes que tu listeras ! Vois-le plutôt comme une façon de commencer à anticiper les passes difficiles du marathon natatoire qui s’annonce. L’objectif est de te rassurer sur ta capacité à faire face pour te lancer plus serein·e dans la piscine !

onfékomen ?

1. on se sabote, on se coule

Pour l’effectuer, rien de plus simple. Il te suffit de te munir d’un papier, d’un crayon et/ou d’un support numérique si tu n’aimes pas écrire. Ensuite, je te laisse choisir l’objectif de ton choix. Une fois que cela est fait, je t’invite à te projeter dans l’avenir en visualisant l’échec de ce projet. C’est bon ? Maintenant, time to lâcher les chiens.

Donne toi 10-15 minutes pendant lesquelles tu pourras noter en vrac sur le support que tu as choisi les raisons de cet échec. Ne te censure pas, cela te permettra d’avoir une liste exhaustive – et surtout, qui reflète tes appréhensions propres afin d’y faire face dans la deuxième partie de l’exercice.

(en Design Thinking, cela équivaudrait à la phase d’idéation où l’objectif est de laisser les idées fuser !)

2. on se tend une perche pour sortir la tête de l’eau

Peut-être l’as-tu oublié mais l’objectif premier est tout de même de t’aider à surmonter ces potentiels obstacles dans la piscine !

La deuxième partie de l’exercice est donc dédiée à la résolution de ceux-ci.

Je t’invite à noter en face de chaque problème identifié une manière de le résoudre / de l’anticiper ou de l’aborder avec sérénité (si possibilité il y a).

Une fois cet exercice fait, cela devrait te rassurer sur ta capacité à anticiper certains aspects de ton projet. Ceci laisse certes une part à l’incertitude, mais tu auras plus d’espace mental pour l’aborder !

Dans les faits, cela pourrait donner 👇

saviendou ?

À l’origine, le pré-mortem est utilisé en entreprise au sein d’une équipe souhaitant identifier en amont les éléments à surveiller de près lors de la réalisation d’un projet. Même si l’exercice s’effectue normalement en équipe, je pense que celui-ci peut être utile pour faire face à ses peurs. Et, si tu es prêt·e à confronter ton projet avec celui d’autres personnes, je t’invite à le faire avec iels. De cette façon tu auras un point de vue externe sur celui-ci et une réflexion peut-être plus exhaustive sur les obstacles dans la ligne de nage !

aller plus loin

👉 Notre programme d’introspection La culbute pour te poser avant le grand saut

👉 Notre mag À l’eau pour se rassurer et s’outiller avant de se lancer (créé en collaboration avec coachs et entrepreneur·ses de l’éducation)

Tags: No tags

Add a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *